Association Mémoire de Soye

Werbung

Gratis bloggen bei
myblog.de

Le potager de Soye laisse deviner un brin d’histoire derrière sa grande grille…

 

 
Au 18ème siècle, Laurent Esnoul Deschateles, armateur de Lorient pour l'Asie et l'Amérique, fit bâtir, en dehors de la ville, une « maison de plaisance » que nous appelons aujourd'hui château de Soye et qui se devait d'être ornée d’un potager-fruitier. Situé au cœur d’un parc classique de près de 20 hectares, celui-ci était un ornement strictement codifié du jardin, conçu pour être vu et visité tel un « cabinet de curiosité botanique ». C'était également un lieu de production pour la table, il devait approvisionner une nouvelle cuisine française friande de légumes primeurs, d’herbes aromatiques et de fruits fondants, provenant pour la plupart du monde entier par les navigateurs et explorateurs. Laurent Esnoul Deschateles a très probablement connu le médecin de la marine Galloys, responsable de l'éphémère jardin médicinal et botanique de Lorient et qui acclimatait et échangeait les espèces rares de Ceylan, des Antilles, de Chine et d'autres contrées.

Le propriétaire suivant, Maire de Ploemeur au cours du 19ème siècle fit également partie du monde maritime en tant que commissaire principal de la marine et descendant de capitaines de port à Pondichéry et Port-Louis de l’Ile Maurice au temps de la Compagnie des Indes. Il y fit construire une orangerie vers 1860.

Le potager  bien qu’agrémenté de plantes issues de l’exotisme au cours du 19ème siècle subsistât jusqu'à l’achat du domaine par la ville de Lorient en 1925.

Il est alors utilisé pour les besoin des enfants installés en école de plein air, colonies de vacances et auberge de jeunesse sur le site. Le potager produit les fruits et légumes pour la cantine.

Pendant la guerre la partie Est du potager est sacrifiée au profit d’un parking et d’une plateforme de réparation des véhicules de l’occupant.

 


Il faudra attendre l’arrivée des baraques pour qu’il retrouve une utilisation, en tant que jardins ouvriers à l’Ouest et école à l’Est.

Après le départ de la cité provisoire, le potager tombe en désuétude et la nature y reprend ses droits.

 

 

 

 

En 2006-2007, sous l’impulsion de Cap L’Orient, un chantier d’insertion travaille trois mois au défrichage ainsi qu’à la réhabilitation des murs ouest. Une grille est posée à l’entrée, permettant à Mémoire de Soye de proposer un projet de valorisation.